Givors aux environs de l'année 1980 Charles Lenthéric, auteur du livre « Le Rhône - Histoire d’un fleuve… » publié en 1905, décrit Givors ainsi :

« A quelques kilomètres en aval de Lyon, un nuage épais couvre la rive droite et annonce la présence d’une agglomération industrielle considérable. On stoppe le long d’un quai noirci par la poussière du charbon. C’est Givors. « La petite rivière du Gier est le premier affluent un peu sérieux du Rhône au-dessus de Lyon. La vallée du Gier, assez largement ouverte sur le grand fleuve, est orientée presque en droite ligne du Nord-Est au Sud-Ouest et dessert une interminable série d’établissements industriels. Verreries, fours à coke, hauts fourneaux, forges, fonderies, aciéries, sont échelonnés des deux côtés de la rivière. Un petit canal d’une vingtaine de kilomètres et qui ne compte pas moins de quarante-trois écluses, longe la rivière et sert, concurremment avec le chemin de fer, à la manutention des houilles, des minerais et de tous les produits métallurgiques du bassin. « (Le Gier) était autrefois une jolie rivière ; ce n’est plus aujourd’hui qu’un grand égout. »

Sur la photo on reconnaît à droite, aux pieds de la colline Saint Gérald, la cité des Etoiles qui vient d'être construites et, en face, à gauche, de l'autre côté du Rhône, l'usine AZF de Chasse sur Rhône et ses deux sphères de stockage d'ammoniac liquéfifié, extrêmement dangereuses. L'usine a fermé depuis.

Archives personnelles Alain Pelosato